SRG SSR

Swissinfo

logo swissinfo

Quelle a été la contribution de Swissinfo au mandat d’information à l’étranger ?

Présence à l’étranger

La SSR propose une offre journalistique pour l’étranger en collaboration avec TV5 Monde et 3Sat et une offre internet maison, Swissinfo. 

La mission de Swissinfo est définie dans l’accord de prestations concernant l’offre à l’étranger conclu entre la Confédération et la SSR. Elle consiste à promouvoir le rayonnement de la Suisse à l’étranger, à défendre son point de vue et à resserrer les liens qui unissent les Suisses de l’étranger à la Suisse.

Publics cibles de Swissinfo

Swissinfo s’adresse en premier lieu à un public international, intéressé par la Suisse. Elle propose donc une offre internet multimédia en dix langues : anglais, allemand, français, italien, espagnol, portugais, russe, arabe, chinois et japonais. Les contenus sont généralement les mêmes dans toutes les langues, bien que les accents thématiques varient parfois d’une langue à l’autre selon les besoins. Les contenus s’inscrivent dans une perspective suisse et illustrent la position helvétique face aux événements et aux développements internationaux. L’offre de Swissinfo reflète aussi l’opinion de l’étranger sur la Suisse.

Thème du jour – Thema des Tages – Topic of the Day

Le nouvel accord de prestations 2013-2016 entre la Confédération et la SSR réduit le budget de Swissinfo d’un tiers. Les effectifs du personnel sont diminués. Swissinfo a donc dû réduire sa palette d’offres, jusqu’à présent très diversifiée, et concentrer ses moyens sur sa mission principale, c’est-à-dire promouvoir le rayonnement de la Suisse à l’étranger et défendre son point de vue. En bref : raconter la Suisse et l’expliquer.

C’est justement l’objectif du nouveau concept « Thème du jour », que l’on peut résumer par « less news and more information ». Swissinfo publie tous les jours des accents thématiques et propose des reportages de très bonne qualité ­illustrant la diversité politique, socioculturelle, économique ou scientifique de la Suisse. Si les contenus s'inscrivent dans une perspective helvétique et illustrent la position suisse, ils reflètent aussi l'opinion de l'étranger sur la Suisse.

Concept défini et contraignant, le « Thème du jour » fait partie intégrante de l’offre des dix rédactions ; il est publié dans trois formats différents au maximum selon les langues. Il représente une prestation de service public classique réservée à un public étranger s’intéressant à la Suisse.

Les trois exemples suivants montrent comment le « Thème du jour » promeut le rayonnement de la Suisse à l’étranger et défend son point de vue.

La Suisse et l’Asie

Début novembre 2012, trois membres du gouvernement suisse se sont rendus en même temps en Asie : la présidente de la Confédération Eveline Widmer-Schlumpf et le ministre des ­Affaires étrangères Didier Burkhalter au Myanmar et au Laos, le ministre de l’Economie Johann Schneider-Ammann en Malaisie. Jamais la Suisse n’a autant cherché à se rapprocher de l’Asie : elle ouvre des ambassades, elle renforce ses efforts en vue de signer des accords de libre-échange et elle participe à son premier sommet Asie-Europe (Asem).

Dans son « Thème du jour », Swissinfo illustre ces relations de la manière suivante : un article de fond résumant le développement des activités entre la Suisse et l’Asie, un reportage sur place au Myanmar présentant les différents projets du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) et de la Direction du développement et de la coopération (DDC) ainsi qu’une galerie d’images.

La Suisse et l’univers

Depuis l’automne 2012, la Suisse et le Luxembourg coprésident le Conseil des ministres de l’Agence spatiale européenne (ASE).

Swissinfo couvre l’événement et lui dédie un « Thème du jour ». Alors que l’article principal est consacré à la collaboration entre l’Europe et la Suisse dans le domaine spatial, la rédaction hispanophone met en avant une information secondaire : la participation de scientifiques suisses au projet d’astronomie HARPS (High Accuracy Radial velocity Planetary Search project). Dans le cadre de ce projet, les chercheurs suisses ont apporté une contribution précieuse au meilleur spectromètre de masse du monde. Celui-ci équipe depuis 2003 le télescope de 3,6 mètres de La Silla, au Chili.

La Suisse et l’horlogerie

Eté 2012 : la Fédération de l’industrie horlogère suisse saisit pour la première fois des contrefaçons de montres de luxe, introduites illégalement dans le pays depuis la Chine. Ces contrefaçons de haute complication représentent des pertes de revenus considérables pour l’industrie horlogère suisse et elles nuisent à son image de marque.

Swissinfo décide de traiter ce sujet dans un de ces « Thème du jour » et d’en informer le public international. L’article principal concerne les montres de contrefaçon et donne la parole aux ­représentants de l’industrie horlogère, qui émettent des recommandations et évoquent d’éventuelles mesures. Force est de constater que l’industrie horlogère chinoise ne rime plus avec mauvaise qualité ou avec contrefaçon, au contraire : la qualité de ces « fausses » montres de luxe s’améliore sans cesse. Le « Thème du jour » est complété par un reportage réalisé par le correspondant de Swissinfo en Chine, qui traite des fabricants de montres chinois. Ceux-ci pourraient devenir de sérieux concurrents pour l’industrie suisse. Enfin, un rédacteur-photo de Swissinfo s’est rendu au Brassus, dans le Jura vaudois, chez l’un des plus célèbres producteurs de montres suisses pour une galerie photo impressionnante sur la fabrication des montres.

RSIRTRRTSSRFSWI