SRG SSR

Le service public, notre engagement

Promotion de l'échange entre les régions linguistiques

L’article 2 de la Concession SSR est clair : « Dans ses programmes, elle (la SSR, note de la rédaction) promeut la compréhension, la cohésion et l’échange entre les différentes régions du pays, les communautés linguistiques, les cultures, les religions et les groupes sociaux. […] » Cet article a été au centre de l’attention cette année, en raison de la motion parlementaire déposée par Theo Maissen en 2010. Elle demande que la SSR intensifie les échanges interculturels et la compréhension entre les régions linguistiques. Il est aussi question que le Conseil fédéral informe le Parlement fin 2012 des progrès réalisés par la SSR. Le rapport du Conseil fédéral est disponible depuis décembre dernier. Deux éléments sont mis en exergue : les résultats des analyses de programmes diligentées par l’OFCOM et la réponse de la SSR.

L’accent est mis sur les dossiers thématiques

Dans sa réponse, la SSR insiste sur le rôle fédérateur qui est le sien : « Elle souhaite jouer ce rôle de manière crédible. C’est pourquoi elle travaille de manière indépendante, grâce à l’autonomie programmatique qui lui est conférée par la Constitution fédérale. »

Les expériences faites ces dernières années ont cependant montré combien il est difficile de rendre compte quotidiennement de l’actualité des autres régions linguistiques. Par ailleurs, il arrive que l’actualité régionale soit insuffisamment fournie pour être prise en compte. La SSR a donc décidé de se consacrer aux échanges régionaux-linguistiques dans le cadre des grandes opérations et des dossiers thématiques. Ces ­actions prennent place en dehors de la grille habituelle ; elles ne sont donc pas saisies systématiquement par les analyses quantitatives.

Un public satisfait dans son ensemble

Au printemps 2012, la SSR a fait mener un sondage téléphonique dans les quatre régions linguistiques. L’enquête a révélé l’intérêt marqué de la population pour les informations en ­provenance des différentes régions. Quatre Suisses sur cinq pensent – à des degrés divers – qu’il est important de ne pas ignorer ce qui se passe ailleurs dans le pays. Les prestations de la SSR sont connues et appréciées d’une grande partie de la population.

Quelques exemples de programmes échangés entre les régions en 2012

Le projet « Gli altri – Die Anderen – Les autres – Ils auters » a démarré il y a deux ans environ et implique les quatre premières stations de radio. Il s’agit d’un reportage hebdomadaire sur les traditions, les particularités ou les événements régionaux. Il sera poursuivi en 2013.

  • L’émission « ECO » de SRF a produit fin 2012 une série en quatre volets sur la Suisse romande.
  • Les programmes radio proposent davantage d’actions spéciales qui débordent la grille des programmes. Leur potentiel de développement est grand : « DRS 3 chez les Welsch » (2011), « Buongiorno Svizzera » (2012) et, prochainement, « DRS 3 rätoromanisch » (2013).
  • Les deuxièmes chaînes radio – Espace 2, Radio SRF 2 Kultur et Rete Due – ont réalisé ensemble la série nationale « Lettres à Rousseau » pour célébrer le 300e anniversaire de la naissance de Jean-Jacques Rousseau, diffusée à l’été 2012 dans les trois régions.
  • Après « ArchitecTour de Suisse », « DESIGNsuisse », « LittéraTour de Suisse », « Compositeurs suisses », « PHOTO-suisse » et « Suisse mystérieuse », la SSR a produit en 2012 la série culturelle nationale « CINEMAsuisse ».
  • RTS reprend ponctuellement depuis huit ans les séries documentaires de SRF, qu’elle double et diffuse en prime time.
  • SRF reprend la plupart des séries de RTS, qu’elle fait doubler (« Heidi », « Crom », etc.).
  • En 2012, des émissions de RTS et de RSI sont passées systématiquement sur SRF info, en langue originale sous-titrée : « Temps présent » (45 émissions par an), « Mise au point » (39 émissions par an), « Passe-moi les jumelles » (16 émissions par an) ; « Le débat RTS » (16 émissions par an) ; « Falò » (45 émissions et sept versions courtes en été).
  • Les deuxièmes chaînes radio – Espace 2, Radio SRF 2 Kultur et Rete Due – s’échangent régulièrement les enregistrements des principaux orchestres suisses. Dix concerts sont organisés en commun chaque année et diffusés dans le cadre de l’action « Pavillon Suisse ».
  • Les troisièmes chaînes radio cultivent les échanges de ­musique (suisse) à travers mx3.ch.
  • Option Musique, Radio SRF Musikwelle et Rete Uno cultivent les échanges de musique (suisse) à travers vxm.ch.
  • Chaque année, quatre émissions régionales et un concert de Noël national sont produits dans le cadre du groupe de travail interrégional « Folklore ». En 2012, l’accent a été mis sur les femmes et la musique populaire.
  • Les chaînes diffusent toujours plus de musique suisse, toutes origines régionales confondues. C’est ce qui apparaît des analyses réalisées par la SSR dans le cadre de la Charte de la musique suisse.
  • Jamais encore 3sat n’avait diffusé autant de films de RTS : en 2012, elle en a adapté plus de 20 pour le public de langue allemande. Naguère, ces reprises étaient plutôt rares.
  • Qu’ils soient nationaux ou internationaux, les grands événements sportifs encouragent la cohésion nationale, celle du public, certes, mais aussi celle du personnel. La SSR fait de son mieux pour conserver son portefeuille de droits sportifs, ce qui s’avère onéreux avec le temps. Actuellement, la SSR est le meilleur prestataire européen de service public en matière de sport, pour les trois grandes régions linguistiques.
  • « London Player » : ce projet était l’une des dernières actions entreprises en vue de renforcer la collaboration. Il a proposé une vue d’ensemble des sujets réalisés par toutes les unités d’entreprise sur les Jeux olympiques. Les programmes pouvaient être visionnés en direct ou en différé. La SSR a enregistré pas moins de trois millions de visionnages.

Le Conseil fédéral souhaite davantage d’information

S’il apprécie les efforts de la SSR, le Conseil fédéral estime néanmoins qu’elle pourrait développer les échanges régionaux-linguistiques, notamment dans le domaine de l’information. En analysant les évaluations quantitatives des programmes, il est arrivé à la conclusion que des améliorations sont possibles. La SSR doit désormais communiquer deux fois par an si elle progresse dans la réalisation de son objectif, qui est d’intensifier la collaboration (point 3.4 de la Stratégie d’entreprise). Le Conseil fédéral fera un nouveau bilan en 2014. 

La SSR s’attache à donner davantage d’ampleur aux échanges régionaux-linguistiques. Pour le directeur général aussi, cette préoccupation est prioritaire. Elle se reflète d’ailleurs dans la nouvelle stratégie d’entreprise, élaborée conjointement par le Comité de direction et le Conseil d’administration, qui accorde une place de choix aux échanges linguistiques et culturels. Il s’agit maintenant de les définir plus précisément en termes stratégiques ; un nouveau concept a été élaboré en ce sens à la fin de l’année. 

D’autres projets sont prévus, toujours en rapport avec la cohésion nationale et les échanges régionaux-linguistiques, à l’exemple du mois thématique « Les Suisses ». En novembre 2013, les chaînes radio et tv de la SSR se pencheront sur les origines de la Suisse et sur ses perspectives. Dans ce cadre, la SSR diffusera la série « Die Schweizer – Les Suisses – Gli Svizzeri – Ils Svizzers ». Cette « docufiction » en quatre épisodes met en scène des personnalités hors du commun qui ont favorisé le développement de la Suisse. La série de la SSR sera diffusée aux heures de grande écoute dans toutes les régions linguistiques.

En 2013 et en 2014, la SSR diffusera les projets gagnants de son grand concours interne. Rappelons qu’il était demandé aux candidats de livrer un sujet en rapport avec la compréhension entre les régions linguistiques, pouvant être diffusé en prime time tv par RTS, par RSI et par SRF. 

Les Ressources humaines mettent en place un programme ­spécial pour les collaborateurs, qui pourront travailler quelque temps dans une unité d’entreprise différente de la leur. Enfin, la collaboration interrégionale est facilitée par les réseaux de programme internes à la SSR, soit cinq réseaux de programme et sept sous-réseaux spécialisés, dans lesquels la SSR a investi près de 600 jours de travail en 2012.

 

 

 

 

RSIRTRRTSSRFSWI