SRG SSR

Radiotelevisiun Svizra Rumantscha

logo rtr

Quelle a été la contribution de RTR au mandat de représentation de la Suisse ?

RTR, la quintessence du service public helvétique

Par les programmes qu’elle propose, RTR est un service public classique à l’attention des Romanches de Suisse. Bien que le romanche soit une langue nationale, il n’est cependant une langue officielle de la Confédération que dans une mesure limitée. Jamais les Romanches ne pourraient se permettre une offre audiovisuelle aussi variée si RTR ne faisait pas partie de la SSR. 

RTR travaille en respectant les mêmes standards professionnels et la même qualité journalistique que les autres unités d’entreprise de la SSR. Elle rend compte de la diversité de sa ­région, des événements qui s’y succèdent, des débats aussi, en multipliant les formes, les formats et les vecteurs. Quelques exemples.

« Minisguard »

« Minisguard » est une émission d’actualité unique en son genre, réservée aux enfants entre six et douze ans, qui passe en première diffusion le samedi après-midi. Rien à voir avec la télévision scolaire ou les contes pour petits : « Minisguard » en vient rapidement aux faits, dans un style alerte. Elle tente d’expliquer au jeune public ce qui se passe dans le monde, qu’il s’agisse du Printemps arabe, des élections aux Etats-Unis, du tremblement de terre dans les Grisons, de l’extrémisme de droite ou de la crise financière.

« Vita e cretta »

L’émission religieuse « Vita e cretta » de Radio Rumantsch a vu le jour lors de la mise en place de la nouvelle structure des programmes. 

Diffusé le dimanche matin entre 8 heures et 9 heures, ce magazine mêle intelligemment spiritualité, réflexions sur des sujets bibliques, théologiques ou philosophiques, nouvelles du monde des religions et approfondissements. Inutile de dire que le spectre est large : on y parle de piété populaire, de rituels, d’ouvrages récemment parus, de questions religieuses, de religions non chrétiennes – notamment de l’islam – de vie interreligieuse et interculturelle.

Politique des langues

La langue est un sujet récurrent en Suisse romanche. Comment la promouvoir ? Comment la faire vivre ? Comment un espace linguistique de 60 000 habitants parlant différents idiomes peut-il rester soudé en tolérant une langue écrite unique et ­supérieure ? Les pouvoirs publics – entendez la Confédération et le canton – sont-ils tenus de respecter leur devoir constitutionnel à l’égard des Romanches ? Autant de questions qui ont animé des débats controversés au cours de l’exercice sous revue. Dans ses programmes, notamment dans l’émission « Actualitad » sur Radio Rumantsch, RTR a fait la part belle aux commentaires autour de la langue et de son avenir.

Culture populaire

L’arc alpin qui s’étend de Nice à Ljubljana regorge de culture populaire. Celle-ci est bien présente en Suisse romanche, que ce soit dans le chant, dans la musique, dans le théâtre ou dans la littérature. Le magazine culturel de Radio Rumantsch lui prête sa voix.

RTR aborde les journées littéraires de Domat/Ems dans différentes émissions de radio et de télévision. Publiés sur rtr.ch, les textes sont ensuite évalués par le public. Dans l’émission d’information « Telesguard », Televisiun Rumantscha met en scène la chasse, une activité fort appréciée des Grisons, dans une série aux allures de feuilleton. Un autre exemple : la fête cantonale de chant 2012 à Trun ­(Surselva), un événement majeur du genre en Suisse. RTR ­mobilise de gros moyens : reportages radio-tv en direct, dernières nouvelles, galerie photos sur internet et, après la ­manifestation, une documentation tv avec des impressions et des appréciations.

L’industrie audiovisuelle

Un petit groupe d’auteurs indépendants très actifs, issus du monde cinématographique, s’est développé ces dernières ­années grâce à RTR. Certains ont été des collaborateurs fixes de RTR, d’autres sortent d’écoles de cinéma nationales ou ­internationales. Ils enrichissent l’offre programmatique de « Cuntrasts », l’émission dominicale de Televisiun Rumantscha diffusée sur SF. Mentionnons ici Bruno Moll et son « Avemaria per las Alps » ou Gieri Venzin et sa série sur la culture du chant. Ces productions sont financées par les fonds du Pacte de l’audiovisuel.

Au-delà des frontières… et de un

Les Grisons comptent de nombreux cols, qui relient les régions. Pour RTR, le passage de la Valteline sous la dépendance des Grisons, il y a 500 ans, mérite d’être rappelée. Jusqu’en 1803, ce territoire italien appartenait aux Trois Ligues. Que pensent les habitants de la Valteline de leurs voisins grisons ? Quels sont les événements historiques encore vivants dans la ­mémoire collective ? RTR en a débattu une semaine durant.

Au-delà des frontières … et de deux

Pour les Grisons, le reste du pays, c’est le « bas-pays ». Ils le disent sans mépris, en se montrant taquins. Ils pensent aux Romanches qui vivent à Baden, à Viège, à Estavayer ou à Isone. Les émissions radiophoniques « Profil » et « Marella » parlent régulièrement d’eux, nous faisant découvrir du même coup différentes identités suisses. 

La politique fédérale se fait à Berne, où travaillent deux collaborateurs de RTR. Avoir une vue d’ensemble des réalités est tout aussi important que défendre la réalité des Grisons et de la Suisse romanche.

Au-delà des frontières… et de trois

RTR encourage la compréhension et les échanges entre communautés linguistiques, une mission ardue dans un canton ­trilingue. Une fois sous-titrées en allemand, les émissions de Televisiun Rumantscha deviennent accessibles au public suisse non romanche. 

De même, RTR utilise sa programmation radio pour favoriser la communication. En mars 2012, elle a couvert le marathon de ski de l’Engadine, qu’elle a imaginé sous forme de symphonie en trois langues, le romanche, l’allemand et l’italien.

RSIRTRRTSSRFSWI