SRG SSR

Société régionale SRG.R

Logo SRG.R

Oscar Knapp devient président

2012 peut être qualifiée d’année de réorganisation à SRG.R. Elle s’est opérée le 2 juin 2012 à Scuol, en Basse-Engadine, avec la désignation ou la confirmation des membres des trois organes, la Suprastanza (Comité régional), le Cussegl regiunal (Conseil régional) et le Cussegl dal public (Conseil du public), et l’élection du nouveau président en la personne de l’ambassadeur Oscar Knapp, qui entrera en fonction le 1er janvier 2013 et siégera aussi au Conseil d’administration de la SSR. 

Remerciements à Duri Bezzola

Le 2 juin, l’assemblée a nommé Duri Bezzola, le président sortant, membre honoraire sur proposition du Comité régional. Il avait été choisi en 1992 par le Conseil fédéral pour siéger au Comité de direction de SRG.R, qui s’appelait alors CRR. 

La Suprastanza et la direction de RTR ont pris congé officiellement de Duri Bezzola le 30 novembre 2012, lors d’une séance réunissant les deux organes. Les participants ont remercié le président pour son engagement de vingt ans au service de SRG.R et de RTR. 

« Da cumpagnia »

Le 1er juin 2012, SRG.R et RTR ont organisé ensemble une soirée populaire, baptisée « Da cumpagnia ». La salle de commune de Scuol était pleine à craquer : étaient présents des officiels locaux et régionaux, des conseillers nationaux et des conseillers aux Etats, la présidente du gouvernement Barbara Janom Steiner, ainsi que le président de la SSR, Raymond Loretan, et le directeur général, Roger de Weck. Ils sont tous venus témoigner de l’enracinement de SRG.R dans la société civile romanche. 

L’attribution du prix « SRG.R 2012 » a été un moment fort de la soirée. Il a été remis à Ernst Bromeis pour ses mérites sportifs et culturels, son engagement pour la préservation de l’eau en tant que ressource essentielle et son rôle d’ambassadeur de la région alpine.

Moments historiques et relations publiques

Un moment historique a eu lieu le 18 septembre 2012 à Berne. Jamais encore depuis 1848 deux femmes originaires des Grisons n’avaient accédé à des fonctions politiques aussi élevées : la conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf et la chancelière de la Confédération Corina Casanova. A intervalles réguliers, les responsables de RTR et de SRG.R rencontrent la délégation grisonne au Parlement fédéral dans un cadre informel. En 2012, les cinq conseillers nationaux et les deux conseillers aux Etats grisons ont partagé leurs idées avec Eveline Widmer-Schlumpf, Corina Casanova, Raymond Loretan et Roger de Weck. Les participants ont discuté des intérêts de la Suisse ­romanche, de son poids politique insuffisant et de son développement démographique. Ils ont aussi parlé des chances de RTR dans un futur numérique.

A la fin de 2012, SRG.R comptait 844 membres, soit 40 de plus que l’année précédente. SRG.R assure les contacts avec l’Association, en particulier avec la publication trimestrielle « Accents », rédigée par RTR. Les comptes rendus et les reportages de SRG.R occupent une place de choix dans « Accents ». 

Perspectives et défis

Comment l’Association, entravée par les statuts et par l’autorité de régulation, peut-elle accomplir sa tâche principale, qui est de participer à l’élaboration des programmes et à leur développement ? Tout simplement en instaurant un dialogue intensif avec les responsables de programmes. 

C’est ainsi, par exemple, qu’elle a évalué de manière critique le programme radio lancé par RTR le 30 janvier 2012. Elle a aussi rédigé à intervalles réguliers un rapport à l’attention du Conseil du public. Avec le même esprit constructif, elle s’est penchée sur les chances et les risques du numérique et ses répercussions sur l’offre RTR, notamment sur le programme télévisuel. Une préoccupation légitime, quand on sait que SRG.R travaille depuis des années à étoffer l’offre télévisuelle pour les Romanches, jusqu’ici sans succès, malheureusement. 

Le salut viendra-t-il du « broadband » ? La bande large est-elle le remède aux maux du public grison ? Quelle forme prendra à terme la Svizra rumantscha à la tv ? Ce sont là les questions qui ont occupé le Comité régional en 2012 et il est probable qu’elles se posent à nouveau ces prochaines années.

RSIRTRRTSSRFSWI