SRG SSR

Schweizer Radio und Fernsehen

logo srf

Quelle a été la contribution de SRF au mandat de divertissement?

Des idées de programmes maison

En 2012, SRF a lancé de nombreuses productions maison dont « Potzmusig », consacrée à la musique populaire suisse. Nicolas Senn, animateur et virtuose du tympanon, a accueilli dans chacune de ses éditions un musicien accompagné de son groupe, à qui il a été demandé de se produire en direct. A la recherche de jeunes talents, ce nouveau rendez-vous a reçu chaque fois un participant au concours de la relève folklorique. 

D’autres émissions maison ont été produites, telle que la série de portraits « handgmacht » consacrée à des facteurs d’instruments de ­musique, l’émission culinaire « Schwiizer Chuchi mit Ivo Adam » ou encore la série estivale « Danke Happy Day », consacrée aux destins retracés par d’anciens programmes. 

Ancrage et proximité

A lui seul, le format à succès « SF bi de Lüt » (SF chez les gens) a lancé quatre nouvelles séries de documentaires. « SF bi de Lüt – Wunderland » (Le pays des merveilles) aborde la Suisse sous un angle mystique, moins connu du grand public, qui fait la part belle aux paysages idylliques, parmi lesquels les mystérieuses tourbières ou les réseaux de galeries secrètes. Nik Hartmann a effectué pour cela un véritable voyage initiatique dans sept régions, où il s’est mêlé à des populations profondément ancrées dans leurs traditions.

« SF bi de Lüt – Unser Dorf » (Notre village) nous fait découvrir en cinq épisodes la vie des habitants de Tenna, un village de montagne grison, alors que le très contrastant « SF bi de Lüt – Unsere Stadt » (Notre ville), en trois parties, plonge dans le tumulte urbain bâlois. Enfin, « SF bi de Lüt – Töfflibuebe » (En mobylette) sillonne les chemins de traverse suisses, du St-Gothard à Ascona.

Gros succès en prime time

La grille tv SRF 2012 a compté également quelques shows d’envergure à caractère événementiel – en particulier le samedi soir. En janvier 2012, SRF a retransmis pour la dixième année consécutive les «SwissAwards», dans le cadre d’un gala télévisé ­national où le célèbre skieur Didier Cuche a été sacré «Suisse de l’année». Enfin, après trois rappels, le rideau est tombé sur «Benissimo», qui a été durant plus de vingt ans – et une centaine d’éditions – un véritable succès. SRF a diffusé pour la première fois le « Kilchspergers Jass-Show », où neuf pointures se sont affrontées. Le nouveau format «Gipfelstürmer» a dévoilé des hit-parades suisses, des moments tv incroyables et des ­légendes. De son côté, la deuxième saison de « Die grössten Schweizer Talente » a permis de révéler au public les talents de demain. Une deuxième édition du show de musique populaire « Alpenrose » a été diffusée, tandis que « Check-in » a ­retracé les pérégrinations de deux familles dans le voyage de leur vie.

L’humour a la cote

En 2012, SRF a lancé six nouveaux formats sur le seul thème de la comédie. Avec « Comedy aus dem Labor », animé par le magicien et comédien Michel Gammenthaler, la chaîne a investi en huit éditions les coulisses des cafés-concerts suisses ; des humoristes suisses moins connus ont ainsi profité d'une nouvelle plate-forme média.

Dans le même temps, deux best-of ont été diffusés, l’un reprenant une sélection de la tournée « Das Zelt – Comedy Club », l’autre des moments forts de la « Schweizer Künstlerbörse » du printemps à Thoune. La série « Helden des Internets » a fait ­découvrir en 32 épisodes des clips drôles et décalés de la Toile. SRF a fini l’année avec le nouveau programme d’Emil Steinberger « Drei Engel! » et la rétrospective satirique « Endspott ».

Quelle a été la contribution de SRF au mandat d’intégration?

Migration et intégration

SRF reflète la réalité suisse, dont font également partie les étrangers résidant dans notre pays. De nombreux contenus diffusés en 2012 ont traité du problème de la migration et de l’intégration sous un angle nouveau. A la radio par exemple, « Echo der Zeit » a mis en lumière la migration en tant que facteur économique, « Kontext » a lancé le débat sur les conflits potentiels entre les Suisses et les Allemands et « Blickpunkt Religion » a développé la question religieuse dans la migration. A la télévision, « Club » et « Arena » ont abordé la Suisse en tant que terre d’immigration, « DOK » a présenté un film sur l’intégration des Albanais (« Die guten Albaner ») et « Stern­stunde Philosophie » s’est demandé à qui appartient la Suisse (« Wem gehört die Schweiz ? »).

L’émission de la Fête nationale du 1er août, retransmise dans toutes les régions linguistiques, était placée sous le signe des migrants ayant fait de la Suisse leur patrie. Le prix européen des médias pour l’intégration « CIVIS » a été décerné cette année à la coproduction SRF « Unser Garten Eden » (Notre jardin d’Eden). Dans son film, Mano Khalil s’est ­intéressé aux ressortissants issus de vingt nations occupés à entretenir en communauté un lotissement de jardins bernois. Enfin, le thème de l’intégration a été repris largement sur internet, dans des dossiers complets étoffés de récits radio et de reportages tv.

L’allemand et le dialecte à tour de rôle

SRF privilégie l’allemand pour les émissions d’information dont la portée dépasse les frontières linguistiques ou nationales. Ce faisant, elle promeut la compréhension, la collaboration et l’échange entre les communautés linguistiques de Suisse, et contribue aussi, dans ce contexte, à l’intégration des migrants parlant d’autres langues. 

De même, Radio SRF 2 Kultur et Radio SRF 4 News émettent presque exclusivement en allemand ; sur les autres chaînes, c’est aussi la langue choisie pour la diffusion des nouvelles et des émissions d’information comme « Echo der Zeit »,
« Rendez-vous » ou « Info 3 ». A la télévision, « Tagesschau », « 10vor10 », « Rundschau », « ECO » et « Kulturplatz » sont également présentées dans la langue de Goethe.

Lorsque la priorité n’est pas la compréhension au-delà des ­barrières de la langue, mais bien l’identification, l’authenticité, la proximité, la spontanéité et l’émotion, le dialecte prime dans les émissions radio et tv. Car le dialecte est lui aussi un vecteur d’intégration et d’identification. Le choix de la langue n’est cependant jamais le fruit du hasard : il est dicté par des lignes directrices éditoriales et par les profils des émissions et des programmes.

Programme pour les malvoyants et les malentendants

Pour que les personnes souffrant d’un handicap sensoriel puissent profiter elles aussi de ses programmes, SRF a proposé de nombreuses émissions sous-titrées, doublées en langue des signes ou en audiodescription. En 2012, cette dernière technique a été a utilisée pour plus d’une centaine de fictions et de documentaires, dont les productions maison « Tatort : Skalpell » et « Liebe und andere Unfälle ».

Pour les malentendants, SRF a diffusé l'édition principale du « Tagesschau » et des reprises régulières de « Kassensturz » avec un doublage en langue des signes. Les vidéos à la carte correspondantes étaient ensuite mises à disposition sur une page internet accessible sans barrières. Ont en outre été ­proposés sous-titrés les contenus rédactionnels SRF 1 de la plage 19h00-22h00, les retransmissions en ­direct diffusées entre midi et minuit le week-end, le magazine « ECO » et l’édition de 18h00 du « Tagesschau ». Avec environ 9900 heures de programmes sous-titrés en 2012, SRF satisfait et de loin aux exigences de l’ordonnance sur la radio et la télévision, qui ­imposent qu’un tiers du temps de diffusion soit sous-titré.

 

RSIRTRRTSSRFSWI