SRG SSR

Notre responsabilité à l’égard des collaborateurs

« De fortes personnalités font de bons programmes, de même que des collaborateurs compétents, orientés services, mobiles, fiables, responsables et loyaux font le succès économique de la SSR. »

En s’appuyant sur cette conviction, la SSR a formulé une nouvelle politique du personnel, qui s’inspire de la mission de la SSR et de sa charte d’entreprise. Les Ressources humaines (RH) encouragent sa mise en œuvre ; elles ont donc établi un programme d’action sous la forme d’une stratégie RH 2013–2017.

Stratégie RH 2013–2017 : priorités du Human Resources Management (HRM) SSR

Les cinq priorités HRM de la SSR pour ces prochaines années sont les suivantes :

1. Direction professionnelle et harmonisation: Efficience, harmonisation, qualité : le repositionnement des RH doit être mené à bien.

2. Un personnel prêt au changement : De l’engagement des collaborateurs, de leur motivation et de leurs compétences professionnelles et personnelles dépend le succès de l’entreprise : la SSR s’adresse à des personnes orientées prestations, qui ont un sens aigu du service public.

3. Flexibilité et équité : Des conditions d’engagement équitables permettent de motiver le personnel et renforcent le sentiment de sécurité. La SSR recherche avec son partenaire social des solutions qui doivent permettre à l’entreprise de tirer des atouts de la mutation des médias.

4. Développement des cadres : Les cadres occupent une position clé. L’objectif est d’instaurer une approche de la conduite identique dans les quatre régions.

5. Pérennité de la Caisse de pension : La Caisse de pension doit élargir sa marge de manœuvre ; la primauté des cotisations lui donnera une assise plus solide.

Echanges nationaux

Ces dernières années, les unités d’entreprise de la SSR ont opéré un rapprochement. Une collaboration plus étroite a permis de dégager des synergies et d’accroître l’efficacité au sein de l’entreprise. Il est évident que les rencontres, mais aussi le ­travail et la formation en commun, favorisent les échanges entre les régions et la compréhension mutuelle. Ces changements profitent à l’entreprise comme au développement ­personnel et professionnel des collaborateurs. En 2012, la SSR a mis en place un dispositif pour stimuler la collaboration :

  • un forum des cadres RH et une rencontre des cadres supérieurs ;
  • un programme de Management Development ;
  • une formation de base nationale à la conduite ;
  • différents projets nationaux. 

Harmonisation continue des processus RH

La SSR a poursuivi l’harmonisation de ses processus RH et introduit quelques outils informatiques nouveaux. Au premier semestre, par exemple, elle a remplacé dans toute l’entreprise les dossiers papier du personnel par des dossiers électroniques. Elle a aussi mis en place une plateforme électronique de formation ; déjà utilisée par RSI depuis l’automne 2012, elle sera activée dans les autres unités d’entreprise et dans les ­unités d’organisation au début de 2013. L’entretien de situation professionnelle électronique (eESP), que certaines unités d’entreprise commenceront à utiliser en 2013, constitue également une nouveauté. Il permet de traiter l’ensemble du processus sur le portail SAP.

Par ailleurs, la SSR a défini, dans le cadre du projet d’harmonisation des processus HRM, les conditions de mise en œuvre de toute une série de mesures concernant la direction profes­sionnelle, les centres de compétences RH, les services RH et le conseil RH. Une bonne partie des processus et des activités RH et des outils qui s’y rattachent, comme les feuilles d’information, les formulaires ou les modes d’emploi, ont été normalisés à l’échelle de l’entreprise. A partir de 2013, les unités d’entreprise de la SSR pourront donc travailler en se fondant sur les mêmes standards, conformément à l’objectif, qui est de mettre l’accent sur le professionnalisme et l’efficience du HRM. Les mesures seront mises en œuvre au fur et à mesure dans les projets nationaux. 

Premier sondage des cadres : la motivation est forte

En mars 2011, le Comité de direction de la SSR a décidé d’organiser un sondage des cadres en lieu et place du sondage du personnel prévu en 2011 et de renvoyer le sondage du personnel à l’année suivante. Désormais, les cadres et le personnel seront interrogés en alternance d’une année à l’autre. Afin de garantir le meilleur accueil possible à cette enquête, le questionnaire a été soumis au Comité de direction. 

Le sondage a été lancé au début de 2012. Il ciblait les cadres des unités d’entreprise de la SSR et des filiales TPC et Swiss TXT. Les réponses des cadres aux enquêtes du personnel ­menées en 2006 et en 2009 ont pu être isolées et analysées séparément ; il a donc été possible de comparer les résultats des trois sondages (2006, 2009 et 2012). 

Sur une échelle de 0 à 100, la satisfaction au travail des cadres totalise 75 points, soit un point de plus qu’en 2009. Seuls 9% des cadres se disent insatisfaits (7% « plutôt insatisfaits » et 2% « en grande partie insatisfaits »). Le sentiment d’appartenance comporte trois facettes : l’identification, la fluctuation psychologique et l’implication au travail. Il est très élevé, à 85 points, soit 6 points de plus qu’en 2009. Notons que les affirmations « Je suis fier de travailler à la SSR » (+17 points) et « Je m’identifie pleinement à la SSR, à ses programmes, à ses prestations et à ses produits » (+13 points) ont enregistré un taux d’adhésion nettement supérieur à celui d’il y a trois ans.

Les négociations sur la CCT 2013 ont abouti

En mai 2012, les négociations de la nouvelle convention collective de travail (CCT) n’avaient pas abouti après cinq séances de pourparlers. Il a fallu attendre septembre, et deux séances de plus, pour arriver à un accord. 

Le contenu de la CCT a été simplifié, notamment les dispositions relatives aux collaborateurs employés à temps partiel et travaillant de façon irrégulière. Des économies seront réalisées dans les allocations, tandis que les rémunérations forfaitaires du personnel de la catégorie B ont pu être précisées. Comme les négociations se sont conclues tardivement, la plupart des règlements seront adaptés en 2013. Le règlement de piquet va être uniformisé.

Caisse de pension (CPS) : changement de primauté en vue

Le nombre de caisses de pension à passer de la primauté des prestations à la primauté des cotisations est en augmentation. En Suisse, elles ne sont plus que 10% en primauté des prestations, contre 20% récemment encore. Dans le même temps, elles pensent modifier leurs bases techniques (rémunération, taux de conversion, etc.) pour les adapter aux nouvelles exigences. La CPS peut difficilement se soustraire à cette tendance.

La SSR et le SSM, qui sont partenaires sociaux, travaillent intensivement depuis deux ans avec le Conseil de fondation de la CPS à la définition de modalités de changement de primauté satisfaisantes pour les deux parties. Le syndicat a posé une condition au moment où le projet a débuté : le changement de primauté doit faire l’objet d’une consultation à la base des assurés. 

La SSR est prête à soutenir financièrement le passage à la primauté des cotisations. Lors de sa dernière séance de l’année, le Conseil de fondation a approuvé le changement de primauté à une nette majorité. Une vaste campagne d’information permettra d’informer par le menu les assurés des conséquences liées au changement de primauté ou au maintien de la primauté des prestations. La consultation à la base devrait avoir lieu en juin 2013.

Caisse de pension (CPS) : le rendement profite au taux de couverture

La faiblesse de la croissance aux Etats-Unis et la récession en Europe ont eu des effets fâcheux sur le négoce mondial en 2012. Malgré cet environnement défavorable, la Caisse de ­pension a dégagé sur l’exercice un rendement de 8,03%. Le taux de couverture a augmenté de 4 points de pourcentage, à 104% fin 2012. 

Ce sont avant tout les titres risqués tels que les actions qui ont sensiblement progressé au cours de l’exercice sous revue, en dépit du marasme ambiant. Comme la crise de la dette persiste, la prudence reste de mise, car les marchés sont influencés par des facteurs psychologiques.

RSIRTRRTSSRFSWI