SRG SSR

SRF Schweizer Radio und Fernsehen

SRF Schweizer Radio und Fernsehen

Quelle a été la contribution de SRF au mandat de singularité?

Parts élevées de productions maison et de musique suisse

La part très élevée de productions maison à la radio et à la télévision donne la mesure de l’importance qu’accorde SRF au mandat de singularité. L’exemple suivant est éloquent: en 2014, les productions maison représentaient 90 % du programme de SRF 1 en prime time. Cette proportion atteste des efforts déployés par SRF pour se démarquer des diffuseurs privés et assurer un niveau de qualité élevé: on n’est jamais mieux servi que par soi-même.

Un autre aspect du mandat de singularité rempli par SRF est la part comparativement très élevée de musique suisse diffusée sur les ondes radio. Radio SRF 1 et Radio SRF 3 ciblent toutes deux une proportion de 20 %, Radio SRF Virus même de 50 %. A cela s’ajoutent de nombreux reportages sur la musique suisse et des projets d’encouragement s’inscrivant sur le long terme tels que «SRF 3 Best Talent» ou «SRF Virus 8x15».  

Des informations indépendantes de première main

L’un des piliers du mandat et de l’offre de SRF est l’information, autrement dit sa contribution à la formation d’opinion. SRF mise sur un journalisme différencié qui met en contexte et révèle les mécanismes des phénomènes de société et de la vie politique.

Le travail des correspondants de SRF atteste de l’exemplarité de SRF en matière de singularité dans l’information. Alors que les agences constituent les seules sources d’un nombre croissant de médias, SRF dispose d’un réseau mondial de correspondants fournissant des informations de première main. En Europe, seuls quelques prestataires de service public disposent d’un tel réseau: par ex. la BBC, ARD et ZDF, France Télévisions et la SSR, un poids plume en comparaison.  

Sur quatre continents, environ 40 correspondants étrangers permanents ou en mission suivent l’actualité de leur zone d’affectation pour le compte de SRF. En Suisse, quelque 25 journalistes couvrent les différentes régions du pays. Grâce à leur réseau de contacts et à des recherches approfondies, basées notamment sur d’innombrables entretiens, ils mettent les événements et leurs conséquences en contexte et fournissent des informations et des analyses de fond aux programmes de SRF. Leurs contributions constituent l’un des fondements de l’indépendance et de l’intégrité de la couverture médiatique.

Tous les deux ans, les correspondants à l’étranger de Radio SRF se réunissent une semaine en Suisse. En 2014, cette rencontre s’est tenue du 1er au 6 juin. Au Musée de la communication de Berne, les journalistes ont pu recueillir les retours du public à l’occasion de la Journée des correspondants.

De nombreux auditeurs ont profité de cette «journée portes ouvertes» pour en savoir plus sur le métier et jeter un coup d’œil dans les coulisses. Durant toute cette journée articulée autour du thème «Weltweit zuhause» («Chez soi dans le monde entier»), Radio SRF 1 a diffusé ses programmes en direct du musée. Pour une fois, c’étaient les correspondants qui étaient à l’honneur, et non plus seulement leurs reportages.

Quelle a été la contribution de SRF au mandat de formation?

Des offres éducatives diversifiées

En 2014, SRF a mené à bien sa mission éducative dans ses programmes radio, TV et multimédia. A la télévision, l’émission «Einstein» a par exemple consacré plus de 25 heures à des actualités touchant à tous les domaines scientifiques, tandis que les «Sternstunden» ont réuni des invités de marque, parmi lesquels le président allemand, Joachim Gauck, autour de questions centrales de notre temps.

A la radio, le magazine scientifique «Wissenschaftsmagazin» a mis chaque semaine la recherche en avant et l’émission quotidienne «100 Sekunden Wissen» a expliqué des termes tels que «arpégiateur» ou «Waqf» au grand public durant près de neuf heures au total. La plate-forme culturelle srf.ch a permis aux internautes d’accéder en toute liberté aux émissions de radio et de télévision, ainsi qu’à des contenus web exclusifs.  

Mais la transmission du savoir au sens large a également pris d’autres formes: les nouvelles et les informations de fond, les documents et les reportages, en particulier, avaient toujours pour but d’orienter et d’éclairer le public sur l’actualité. De nombreux débats l’ont par ailleurs aidé à se forger une opinion sur différents thèmes. Les quiz, les fictions ou encore les couvertures des manifestations sportives ont aussi contribué à leur manière à la formation du public.

Une réorganisation porteuse d'avenir

Dans le but de donner plus de poids aux thèmes scientifiques, SRF a mis sur pied le domaine spécialisé «Wissen und Gesellschaft» en 2014. Les rédactions des émissions «Einstein», «SRFmySchool», «Netz Natur», «Kulturplatz» et «Sternstunden», ainsi que la rédaction scientifique spécialisée y sont rattachées sur un modèle trimédia. Cette configuration permet aux équipes de renforcer leur collaboration et de profiter des synergies lors de projets communs: chaque rédaction traite le thème concerné selon son angle de vue.

SRF fait école depuis 50 ans

En 2014, le programme pédagogique «SRFmySchool» a fêté son cinquantenaire. A cette occasion, une rétrospective spéciale a été diffusée, retraçant un demi-siècle de programmes scolaires et éducatifs à la télévision. De nombreuses perles d’archives ont illustré la formidable évolution du système éducatif, de l’enseignement frontal en noir et blanc à la plate-forme multimédia. Tout au long de l’année, «SRFmySchool» a diffusé environ 200 heures d’émission sur les thèmes les plus divers, de «Jung und überschuldet» («jeune et endetté») à «Die Schweiz wird zugebaut» («la Suisse asphaltée et bétonnée»).  

Le programme de «SRFmySchool» est en grande partie accessible en ligne. Des supports pédagogiques sont mis gratuitement à la disposition des enseignants sous forme de comptes rendus, de plans de cours et de suggestions d’activités. Le remaniement du site Internet a permis de simplifier l’utilisation numérique des contenus de la télévision éducative et d’accéder à de nouvelles dimensions interactives, à l’instar de la série de graphiques «Wissen in Grafiken».

Des points forts trimédia

SRF a également développé des points forts sur plusieurs vecteurs dans le but d’approfondir des thèmes spécifiques sur une plus longue durée et sous différentes formes. Le centenaire du déclenchement de la Première Guerre mondiale a par exemple servi de tremplin à un voyage dans le temps autour de la saga historique «Anno 1914» de «Schweiz aktuell», qui retraçait le quotidien en Suisse au début du siècle dernier.

La Grande Guerre et son influence sur le cours de l’histoire ont aussi été illustrées par d’autres formats, notamment par les émissions «10vor10» et «DOK», ainsi que par des pièces radiophoniques et un dessin animé interactif. Ce point fort, qui s’est déroulé sur environ neuf mois, était accessible sur la plate-forme culturelle srf.ch.

La série «Barock – mon amour», consacrée au grand courant artistique des XVIIe et XVIIIe siècles et à ses corrélations avec les tendances à l’excès et à l’individualisme de la société actuelle, a aussi été l’un des temps forts de l’année 2014. Sans oublier la thématique des «Big Data» et le projet «Nationalpark LIVE», deux autres points forts de l’année 2014.

RSIRTRRTSSRFSWI